Les anciens usages des médicinales 2

L’acide urique

Bonjour,

Poursuivons cette série, cette semaine, nous parlons de « l’acide urique ».

L’excès d’acide urique dans le sang ou hyperuricémie, est provoqué par une consommation considérable d’aliments riches en purine.

Il peut provoquer, des crises de goutte. Cette forme particulière d’arthrite est très douloureuse. Autrefois, on l’appelait la maladie des Rois. (car eux seuls faisaient bonne chère !). Ces excès se manifestent donc par une crise d’arthrite aiguë.

Elle est due à la précipitation dans l’articulation ou dans les tissus de cristaux d’acide urique.

Terriblement douloureuses, les coliques néphrétiques en représentent aussi une conséquence et ce sont des pierres aux reins (lithiases) qui en résultent. Elles se coincent dans l’uretère, lors de son évacuation ce qui provoquent ces douleurs parfois insoutenables.

Elles apparaissent quand l’urine contient plus de calcium, d’acide oxalique, d’acide urique qu’elle ne peut dissoudre. Cela arrive aussi lorsque l’urine renferme trop peu de substances fixatrices qui contrent la formation de cristaux, telles que le magnésium, l’acide phytique, l’acide citrique, … .

En bref, l’acide urique peut causer par intermittence, des douleurs et une inflammation graves des articulations et des tissus.

Certaines personnes courent plus de risques que d’autres !

L’alimentation joue un rôle capital. N’est-elle pas notre premier médicament ?

Les principaux facteurs de prévention sont :

– boire beaucoup d’eau,

– avoir une alimentation très végétale.

– consommer des fruits et des légumes, car ils contiennent beaucoup d’eau, ils désacidifient et apportent de nombreuses “substances fixatrices”.

Les protéines de la viande multiplient le risque d’un taux élevé d’acide urique tandis que les protéines végétales le font baisser. Le poisson et les fruits de mer sont aussi des sources de protéines productrices d’acide urique, mais ils sont également très riches en autres nutriments donc à consommer oui, mais avec modération.

Certaines plantes sont dotées d’un super pouvoir : le persil, la grande ortie, la bruyère, la busserole, le chiendent, la grenade, la framboise, l’origan, l’hibiscus, … Etc

Nous allons voir ici 3 de ces plantes qui m’ont donné d’excellents résultats tout au long de mon activité, c’est la bruyère, la busserole, le chiendent.

La bruyère

 Nom latin: Calluna vulgaris

Famille: Éricacées

Période de récolte:  juillet à octobre, à la fin de la floraison

Propriétés

Diurétique : urines troubles, œdèmes, insuffisance rénale, albuminurie, urée, cystite, coliques néphrétiques, lithiase, goutte, rhumatismes

Antiseptique : infection des voies urinaires

Principes actifs

La bruyère contient des tanins, de la quercétine, des glucosides, également des enzymes, des acides, de l’arbutine, du carotène, de l’inuline.

Description

La bruyère une plante qui mesure 20 cm à 1 m de haut. Ses tiges sont des rameaux courbes, de couleur brun rougeâtre, portant de nombreuses petites fleurs roses ou violettes en forme de cloche. Ses feuilles sont petites, pointues et imbriquées les unes dans les autres. Les fruits sont des capsules globuleuses.

Parties utilisées

Les sommités fleuries.

Conseils

En usage interne

Contre les inflammations aiguës ou chroniques de l’appareil urinaire

Infusion : 50 g de plantes séchées pour 1 litre d’eau bouillante. Infuser 10 minutes Filtrer. A boire en 4 fois dans la journée, de préférence après les repas.

Ou

Teinture-mère : 40 gouttes dans 20 cl d’eau ou d’infusion tiède, 4 fois par jour.

Ou

Macérât-mère concentré de bruyère : 15 gouttes par jour en 3 prises dans un verre d’eau. À prendre durant 3 mois.

Usage externe – bain

Décoction : 150 gr de plantes séchées pour 3 litres d’eau, amener le tout à ébullition maintenir 5 minutes et ensuite laisser infuser 10 minutes hors de la source de chaleur. Filtrer, ajouter à l’eau du bain.

Précautions d’emploi

L’usage de la bruyère n’entraîne aucun risque connu à ce jour aux doses recommandées. Sauf pour les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants.

 

La busserole

Nom latin: Arctostaphylos uva-ursi L.

Famille: Ericacées

Période de récolte:  janvier à décembre

Propriétés

Désinfectante de la voie urinaire et antibactérienne, la busserole est indiquée dans le traitement des cystites, urétrites, prostatites, pyélonéphrites, lithiases rénales, insuffisance urinaire. Il a été démontré que l’arbutine, actif sécrété par la busserole, tuait des bactéries de l’urine telles qu’Escherichia coli et Staphylococcus aureus. La plante possède une action diurétique.

Description

La busserole est un sous-arbrisseau toujours vert, à tiges rampantes, qui forment des massifs denses d’environ 30 cm de haut. Ses feuilles sont ovales, vert foncé dessus et vert-jaune en dessous, et luisantes. Les fleurs, rassemblées en grappes, forment des petits grelots blancs ou rosés. Les fruits sont des baies rouge vif à 5 noyaux.

Parties utilisées

Les feuilles.

Conseils

En usage interne

Contre les infections urinaires

Infusion : 3 g de feuilles séchées pour 1 tasse d’eau bouillante. Infuser 10 min, filtrer et avaler 4 tasses par jour.

Ou

Teinture-mère : 20 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour.

Ou

Gélules dosées à 100-200 mg d’extrait sec : 1 ou 2 gélules 3 fois par jour au moment des repas.

Précautions d’emploi

La busserole est contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante, et chez les enfants de moins de 12 ans. La plante peut provoquer des nausées chez certaines personnes. La durée du traitement ne doit pas dépasser 8 jours et il faut éviter de faire plus de 5 cures par an. 1 cure correspond à 21 jours d’affilés.

 

Le chiendent

Nom latin: Triticum repens

Famille:  Graminée

Propriétés

Le chiendent est une plante pouvant soigner ou soulager beaucoup de pathologies. Le chiendent soigne le système urinaire des inflammations ou des lithiases. Il soulage les inflammations digestives et joue un rôle contre l’hépatite (avec ou sans ictère). Le chiendent est prescrit pour soigner des états infectieux divers et la goutte.

Description

Le chiendent est une plante assez discrète bien qu’elle pousse dans plusieurs sols et en grande quantité. La plante ressemble à de l’herbe, mais elle est beaucoup plus haute. On peut également la voir accompagnée d’une fleur en épi.

Parties utilisées

Rhizome

Conseils

Décoction : faire bouillir 30 g de rhizome de chiendent pendant 3 minutes dans de l’eau. Ensuite retirer de la source de chaleur et laisser encore infuser 5 minutes. Filtrer. Boire 3 à 4 tasses par jour.

Ou

Teinture mère : 30 gouttes matin et soir dilués dans un verre d’eau. À prendre espacé des repas. Cure de 3 semaines, à renouveler si nécessaire après une semaine de fenêtre thérapeutique.

Précautions d’emploi : ne pas dépasser les doses indiquées.


Vous pouvez faire une tisane thérapeutique de ces 3 plantes.

Ingrédients

40 gr de busserole

30 gr de bruyère

30 gr de chiendent.

Préparation

Mettre 20 gr de plantes dans 1 litre d’eau et amenez aux premiers frémissements.

Retirer aussitôt de la source de chaleur et infuser 10 minutes.

Boire 4 tasses par jour. Une c. à café de miel de bruyère par tasse peut l’agrémenter.