rétention-eau

Le saviez-vous ? La rétention d'eau

Lecture partage

5 remèdes anti-rétention d’eau (Passeport santé)

Alors que notre organisme doit sans arrêt faire l’équilibre entre l’eau éliminée
(transpiration, urine…) et l’eau assimilée (hydratation, teneur en eau des
aliments…), il se peut que notre corps gonfle parce qu’il stocke plus d’eau qu’il
n’en élimine. C’est ce qu’on appelle la rétention d’eau. Comment l’éviter ?
Pensez aux protéines !
Notre organisme est parfois incapable d’éliminer correctement l’excédent d’eau
dans notre corps parce qu’il est « déréglé ». Ce phénomène peut être dû à un
déséquilibre nutritionnel et dans certains cas, à un manque de protéines.
Si on est carencé en protéines, le sang, composé d’eau à plus de 60%, en
contiendra trop peu, et l’eau sera attirée par des tissus où la concentration en
nutriments est plus importante. Des gonflements au niveau du ventre et des
jambes peuvent alors survenir. Avec une alimentation suffisamment riche en
protéines, le foie produit de l’albumine qui empêche l’eau de fuir dans les tissus et
de s’y accumuler.

Mais pas n’importe quelles protéines…
Privilégiez les viandes blanches et les poissons, ainsi que les protéines végétales
comme celles du soja. Evitez en revanche les charcuteries qui certes, contiennent
des protéines mais qui sont aussi très salées et grasses.

Consommez moins de sel !
Le sel est l’ennemi numéro 1 de la rétention d’eau ! Lorsqu’on a une alimentation
trop riche en sel (alors qu’il n’en faudrait qu’entre 4 et 6 g par jour), l’eau
s’accumule dans les tissus. Ces tissus, fortement concentrés en sel, attirent l’eau et
la retiennent, ce qui empêche son élimination. Notre corps se met alors à gonfler.

Comment réduire sa consommation de sel ?
Réduire sa consommation de sel peut ne pas paraître évident si on considère que
les Français en consomment près de 12 g par jour contre environ 10 g pour les
Canadiens. Pour commencer, il faut éviter de resaler ses plats une fois à table. Il y
a aussi toute une liste d’aliments à éviter car ils sont trop riches en sel. Le pain
blanc, les charcuteries, les plats préparés ou le fromage en font partie. Il faut aussi
garder à l’esprit que le sel n’est pas que l’ennemi de la rétention d’eau :
consommé en excès il est responsable de nombreux troubles comme l’hypertension ou les AVC. Utiliser des herbes dans vos préparations à la place
du sel.

Essayez les plantes !
Certaines plantes, que ce soit sous forme de gélules ou en infusion, ont vu leurs
effets prouvés contre la rétention d’eau. Ces plantes ont une action sur le foie, les
reins et sur le système lymphatique. Elles permettent de « drainer » l’eau qui se
trouve en excédent dans notre organisme en stimulant la microcirculation
sanguine : l’eau contenue en excès dans les tissus est alors « rejetée » par le sang et
peut s’éliminer.

Quelles plantes pour moi ?
Parmi les plantes anti-rétention d’eau qui stimulent le foie, les reins ou le système
hépatique, on trouve : le thé vert, la verge d’or, le pissenlit, la vigne rouge,
l’orthosiphon (ou thé de java) le chiendent, la barbe à maïs… etc. Ces plantes
sont faciles à se procurer en herboristerie. N’hésitez pas à nous demander conseil.
Val ‘Irig à base de vigne, cyprès, ortie et millefeuille associé à Val’Elim à base de
cassis, frêne et reine des prés. Résultat excellent !
Intolérance alimentaire ou problème hormonal ?
Il arrive parfois que la rétention d’eau dépende de problèmes plus spécifiques :

Les intolérances alimentaires :
Pas toujours évidentes à diagnostiquer, les intolérances alimentaires, au gluten ou
au lactose par exemple, peuvent être responsables de la rétention d’eau. Le corps
ne fabrique pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion de l’aliment
concerné, entraînant des troubles digestifs désagréables. Pour savoir si vous êtes
intolérant(e) à un aliment, supprimez-le de votre alimentation pendant une
quinzaine de jours et surveillez les résultats. Il est également conseillé d’en parler
à votre médecin car une intolérance reste une gêne importante.

La rétention d’eau et les hormones :
On considère que 95% des femmes sont concernées par la rétention d’eau, qui peut
aussi avoir une origine hormonale. A cause de la fluctuation des hormones,
certaines femmes remarquent une rétention d’eau au niveau de la poitrine et du
ventre durant la période prémenstruelle. Ce type rétention d’eau qui reste malgré
tout gênant, n’est que passager.

Le drainage lymphatique
Le drainage lymphatique est un massage qui consiste à stimuler la circulation de la
lymphe, un liquide incolore qui circule dans les vaisseaux lymphatiques. L’objectif
du drainage est d’évacuer les liquides excédentaires : il est donc très efficace en
cas de rétention d’eau. Les instituts proposent souvent des « massages drainants ».
Si on veut un résultat plus en profondeur, mieux vaut se tourner vers un spécialiste
qui connaît les techniques du drainage lymphatique manuel.
Phyto lympha association de plantes régulatrices de la circulation d’eau chez la
femme : Prêle, aubier de tilleul, bruyère, houblon, solidago (verge d’or). Excellent
résultat ! Prenez soin de vous !

N’hésitez pas à nous écrire ou téléphoner, nous vous renseignerons avec plaisir.

D’autres plantes peuvent vous êtres proposées.

Laisser un commentaire